Personal tools
You are here: Home Découvrir la commune Histoire

Histoire

Quelques mots d'histoire...

LA COMMUNE DE GROSSETO-PRUGNA

    Le village de Grosseto, comme beaucoup de villages insulaires, est divisé en plusieurs hameaux, en l’occurrence Vignali, Prugna et tout récemment Porticcio en bord de mer, séparé de plus de 35 km du village de montagne. Dans ces villages malheureusement oubliés par beaucoup, qui tombent bien souvent dans le silence et l’indifférence, le passé est toujours présent.
    Le hameau principal, Grosseto, était réputé pour sa vigne. Aujourd’hui, il abrite une école avec 2 classes et plus de 40 enfants ; plus de 300 personnes y vivent à l’année. Prugna, lui, est le cœur historique. En effet, quel est le village qui, au XVIème siècle, ne possédait pas de « Casa Forte », de « Torra »? A Prugna, il en existait plusieurs et un châtelain, le Comte Polverelli, y avait élu domicile. Le hameau, évité par la route départementale, a conservé toute sa beauté originelle tout comme Vignali. Ce dernier conserve ses demeures anciennes qui malgré l’outrage du temps méritent le détour.
    Enfin, Porticcio, station balnéaire classée, revendique son identification comme « la perle du golfe d’Ajaccio ». Avec plus de 60 000 visiteurs en saison, elle offre deux établissements de luxe, de nombreux commerces ainsi qu’une multitude d’activités nautiques et ludiques pour les estivants. La vue sur le golfe y est superbe et enchanteresse. Les promeneurs peuvent aussi y visiter la Tour de Gué de Capitello, construite par les occupants génois et qui y vit Napoléon s’embarquer pour son 1er exil.

L'EGLISE DE GROSSETO

Christ restauréEglise villageIl n’est pas excessif de dire que nos églises de campagne même les plus humbles, les plus pauvres et les plus démunies sont belles.
Elles manifestent leur beauté, non pas en obéissant aux normes et canons de certaines conceptions, mais elles répondent davantage à la formule de Platon «Splendeur du vrai».


La place du village de Grosseto porte le nom de Saint Césaire. C’est l’église qui lui a donné son nom. Il s’agit d’une construction romane en date du XI° siècle. La place de l’église était auparavant un ancien cimetière. En effet, il y avait une tradition qui était celle d’enterrer les morts à proximité de l’église pour que l’eau descendant du toit les sanctifie lorsqu’ils étaient sous terre.


PORTICCIO

Hameau de Grosseto-Prugna, la station balnéaire de Porticcio est située sur la rive sud du golfe d’Ajaccio. La tour génoise de Capitello est un des lieux marquants du site. Tour de Capitello

Le mélange des traditions génoises, maures, corses et françaises a laissé des empruntes indélébiles dans le décor insulaire. Les tours génoises qui parsèment le littoral de l’île en sont l’un des principaux témoignages. Les tours génoises furent construites au XVIe siècle à la demande des communautés villageoises pour se protéger des pirates. Qu'elles soient carrées ou plus souvent circulaires, elles ont toujours trois étages : un niveau pour les réserves d'eau, de vivres et de munitions, un autre pour la vie et le dernier pour la veille.
Généralement appelées "tours génoises", cette dénomination constitue en réalité un abus de langage. En effet, bien que bâties durant la période génoise, la plupart des tours ont été construites par les habitants et par leurs propres moyens au cours de la deuxième partie du 15éme siècle mais sur ordre de l'Office Saint Georges qui détenait les droits commerciaux sur la Corse, droits cédés par la Sérénissime. Edifiées aux 16 et 17ième siècles pour prévenir les pirates barbaresques, les tours génoises sont aujourd'hui devenues l'un des symboles de la Corse.


LA TOUR GENOISE DE CAPITELLO

Elle campe sur la côte à l'embouchure du Prunelli, face au golfe d'Ajaccio, à l’entrée Nord de Porticcio.
Il s’agit d’une tour ronde haute de 11 mètres. Avec ses 42 mètres de circonférence à la base, elle est plus importante que la plupart de ses consœurs, et son architecture est cossue.Capitello

Elle vit se dérouler un évènement important de la vie de Napoléon Bonaparte.
Une insurrection des partisans de Pascal Paoli éclata dans l’île en 1793, suite à l’affaire de Sardaigne après laquelle celui-ci fut déchu de son commandement par la Convention devant laquelle il avait été traduit par l’intervention de Lucien Bonaparte, le frère de Napoléon.
Les Bonaparte désormais «ennemis de Paoli» durent se réfugier aux Milelli, la «casa Buonaparte» ayant été pillée. Napoléon, jeune officier parvint à persuader les commissaires de la République de reprendre la ville. Une flotte fut donc envoyée dans la baie d’Ajaccio et Napoléon s’installa avec cinquante hommes dans la tour, avec le projet d’attaquer la ville par la terre. Mais la tour fut assiégée et le projet échoua. Napoléon parvint cependant à rejoindre la flotte et récupéra sa famille près de la tour. De là, ils gagnèrent Calvi puis Toulon. Napoléon ne revit la Corse qu’à son retour d’Egypte.

    Il est une légende plus pittoresque relative à la construction de la tour, reproduite dans le quotidien «La République» du 7 Avril 1897. Vers 1245, un astrologue renommé vivant à Bastelica, Magnifico Matteo, incita la population de la commune à construire une tour pour lutter contre les Maures, les Pisans et les Génois, ce qui fut fait en sept jours. Le Grand Conseil d’Ajaccio décida alors de s’emparer de la tour, construite sur son domaine, et envoya un ultimatum aux Bastelicais. Ceux-ci demandèrent alors à nouveau conseil à Magnifico Matteo qui suggéra, pour éviter une guerre fratricide, de déplacer la tour avec des cordes jusqu’à Bastelicaccia, en profitant du passage d’une comète. Une belle corde en poil de chèvre fut aussitôt solidement tressée, mais les efforts furent vains: la tour ne bougea pas, et les Bastelicais durent s’entendre avec les Ajacciens. La tour leur fut cédée contre une forte indemnité et l’engagement de fournir la moitié  de la garnison, dont le commandement resterait aux Bastelicais.

 

LA TOUR  DE FRASSU

    Sur la Rive Sud en venant d’Ajaccio et en s’aventurant à gauche sur le chemin du Rotolo par un sentier muletier, on parvient à la tour de Frassu, une architecture de style pisan roman en ruine.
    Vers 1880 l’évêque de La Foata visita cette tour et la désigna du nom de château pensant que ses vestiges étaient ceux de la casa Del Comte Polverello.
    En 1944, dans un fond d’archive, un acte mentionne que la maison du Comte Polverello avait fait l’objet d’une donation au moine de l’abbaye bénédictine San Venerio Del Tino. Cet acte avait été signé à Vernazza par le marquis Alberto Rufo et son épouse la Comtesse Giulitta. Sans date archéologique des monuments, il est quasiment impossible de définir les liens entre le Comte Polverello et le Marquis Alberto Rufo. La tour de Frassu a certainement été occupée dans les années 1080 par le Marquis Rufo et son épouse.
Frassu?Depuis cette tour on englobe la ville, et le paysage de la Rive Sud jusqu’à Isolella. Aujourd’hui délabrée, elle avait des murs construits identiques à ceux des églises romanes de style pisan du XIIe siècle. A 150 mètres vers le sud on aperçoit les ruines du village de Frassu détruit au XVIe siècle par les Turcs. On identifie encore des maisons avec un four et au bout du promontoire, la tour sans toit avec une porte haute certainement construite pour protéger le village.
Cette originale maison forte est déjà visible depuis le cimetière, se détachant sur la crête. C’est un bel exemple d’architecture post médiévale, une solide coquille vide accrochée au rocher qui double sa hauteur, et qui lui a sans doute permis de survivre à la destruction du village. Les murs sont intacts : seuls manquent la toiture et les planchers.



last modified 2007-03-07 10:14
Document Actions

Powered by Plone CMS, the Open Source Content Management System

Site optimisé pour les navigateurs Firefox 1.5/2 Get Firefox et Explorer 7